La Famille, notre nouvelle force

Quand j’ai imaginé un jeu de cartes pour unir la famille, je voulais d’abord transmettre un message :

Une famille n’est pas qu’une série de contraintes c’est aussi et surtout une sphère de la vie apaisante, facile, où l’on peut être soi-même, rire, se lâcher, dire ce qui ne va pas et surtout ce qu’il va !

 

Car nos vies ressemblent aujourd’hui plus à un champ de bataille où le pouvoir se bat à coup de réseaux sociaux contre le bonheur théorique pour de l’argent qui n’existe pas ! La crise ayant tout emporté.

La faute à notre histoire. Nous avons grandit en pensant qu’en travaillant plus on gagnerait plus et que nous deviendrons dirigeants de grandes entreprises avec une Rolex au poigné.

Et pendant que nous essayons de nous rendre à l’évidence que ce mirage générationnelle n’est plus, voilà que la génération Y vient crier sous nos fenêtres de bureaux leur volonté de changer les modèles existants car elle a compris que si elle voulait y arriver il ne fallait compter que sur elle-même, créer son propre job et ne rien attendre de l’Entreprise ni même un bureau !
Nous voilà, devant l’impasse de l’épanouissement. Si je m’éclate pas au boulot je fais quoi ?

J’avoue personnellement j’ai beaucoup travaillé ! Parce que c’est générationnel, c’est vrai. Je me souviens même faire la course à celui qui rentrait le plus tard du boulot avec celui qui allait devenir plus tard mon mari jusqu’à compter nos nuits blanches pro par trimestre.

Mais aussi pour me détacher de mon modèle parental. Ma mère n’a jamais travaillé et j’ai trop souffert de ne pas manger à la cantine avec mes copains, d’aller au centre de loisirs pendant les vacances et surtout de la voir déprimer et dépérir année après année.

 

Et puis j’ai eu des enfants ! Ce qui a change avec mes enfants c’est que ma fatigue était déjà à son maximum à 9h30 le matin.
Non je ne rentrais pas à 18h à la maison pour voir mes enfants je rentrais parce que j’avais l’impression d’avoir déjà travaillé une semaine entière, chaque fin de journée.

 

Alors j’ai essayé d’emménager mes horaires et même de changer de métier pour poursuivre ce diktat d’équilibre vie privée vie professionnelle. Mais sur ce sujet encore on nous a menti ! L’équilibre pro perso n’existe pas et il ne peut pas exister. Tout simplement parce que nous essayons de mettre sur la balance deux choses qui n’ont pas la même valeur et qu’il n’y a aucune conversion possible.

Nous essayons de mettre sur une balance la vie professionnelle qui a une valeur matérielle et la vie personnelle qui a une valeur émotionnelle.

 

Alors j’ai aboli ce concept de ma vie de femme. Je préfère de loin harmoniser mes vies que d’essayer de les mesurer, les comparer ou les défier.

Mes deux plus grandes révélations ont été de pourvoir vivre sans culpabilité. Celle qui vous plombe les pieds et vous empêche de faire avancer vos vies. Et en y regardant de plus prêt j’ai même trouvé de nombreux points communs entre la culpabilité et la fatigue.

Et aussi de regarder le temps différemment. Car le temps ne se quantifie pas il se qualifie !

En jouant la carte qualité de mon temps, j’ai crée de nouvelles relations avec les autres et notamment avec ma famille. Plus sereine, plus conviviale, plus … Famille !

Mon nouvel épanouissement c’est ma famille.
Car notre famille, c’est notre force ! Celle qui illumine notre journée maussade par un « Paaaappppaaaa ! ». Celle qui entérine le client grincheux par un « je t’aime de la terre entière ». Celle qui vous ouvre de nouvelles perspectives par un « j’ai eu 18 en SVT »

C’est elle, notre équipe pour qui nous nous battons et la seule pour qui nous devons nous battre. L’amour et le bonheur n’est pas comparable et n’est pas monnayable. Celle qui me donne envie d’aller travailler pour défendre des valeurs auxquelles je crois, et qui donne du sens au mot travail.

 

J’étais loin d’imaginer combien ce chemin allait me rendre service un jour !

Il y a un 14 mois j’ai quitté mon pays, mes parents, mes copines, monoprix et Picard !

De Rueil Malmaison à San Francisco il nous fallait théoriquement qu’un visa ! Dans la pratique il a fallu se réinventer, fédérer sa famille, retrouver des repères, et se serrer les coudes.

Il y a beaucoup d’étapes à franchir pour vivre sereinement son expatriation. Mes premières ont été de recréer une dynamique familiale tout en respectant les besoins et les libertés de chacun et sans perdre nos valeurs.

J’ai donc exploité mon Retour sur Expérience et j’ai encore une fois été pioché dans mes ressources d’entraîneur pour que l’on continue à se considérer comme une équipe (même déracinée) et aussi pour se soutenir et éviter le piège des reproches et de la fameuse culpabilité.

 

C’est à cette même période que j’ai écrit le coffret de cartes et son livret « arrêter d’être débordée » en famille.

Dans ce coffret de cartes j’y ai mis toute mon aventure de maman qui ne veut pas être une wondermum, celle de femme qui ne veut pas être une wonderwoman et aussi finalement celle d’expatriée un peu paumée mais émerveillée !

Je l’ai imaginé comme un jeu de Team building familial pour insuffler les justes dose d’humour, de cohésion, de solidarité et de bienveillance dont on a tous besoin dans nos vies 2.0.

Comme L’amour ce jeu est universel. Que vos soyez une famille expatriée, recomposée, monoparentale, multiculturelle… joyeuse, passionnée, sportive, créative, intellectuelle … vous allez adorer.

 

Livraison partout dans le monde !

http://goo.gl/EJ8gXF